Le blog de Jean-Paul CESAR

A GAUCHE… MAIS LAQUELLE ?

Un dimanche soir comme les autres, ou presque. Les habituels médias nationaux tournent en boucle en espérant annoncer les résultats de la primaire de la gauche avant le prime time. Je regarde, avec la part d’attention que je veux bien y accorder, tout en déroulant mon fil d’actualité Facebook sur lequel chacun y va de son commentaire.

Le résultat tombe et je m’interroge. Peu soucieux du paysage politique national, j’en reviens très vite au local et imagine déjà les uns et les autres dans l’hémicycle du Grand Narbonne.

« L’ex-Premier Ministre (Manuel VALLS) correspond bien plus à la dynamique que nous souhaitons impulser sur le plan économique » réagit ce matin Edouard ROCHER, soutien de Sylvia PINEL et Vice-Président du Grand Narbonne. Vraiment ? Alors je souhaite, j’espère, en républicain que je suis, que nos élus communautaires du Grand Narbonne réussiront mieux que le Gouvernement VALLS dont les chiffres catastrophiques de la croissance et du chômage ne me donnent même plus envie de formuler le moindre commentaire…

« Pour ma part, je ne donnerai aucune consigne de vote » explique Jacques BASCOU qui a soutenu Vincent PEILLON et ses 6,1% dans l’Aude. Merci Monsieur le Président d’accorder une certaine liberté aux 480 électeurs qui, comme vous, ont porté leurs suffrages sur l’ancien Ministre de l’Education Nationale, fondateur des rythmes scolaires. Une réforme qui, au passage, m’a donné un peu de fil à retordre pour satisfaire les familles narbonnaises dans le cadre de mes fonctions d’adjoint au Maire notamment délégué aux écoles.

Alors, au-delà des réactions des uns et des autres, au moment où la Gauche semble divisée, quelles seront les positionnements de nos élus locaux et surtout seront-ils en mesure de se rassembler derrière le candidat « unique » pour faire bonne figure ?

En regardant le paysage politique, je crois profondément que leurs valeurs (en imaginant que celles-ci ne soient pas postures) sont relativement incompatibles les unes avec les autres. Comment réunir dans la même maison les soutiens d’Arnaud MONTEBOURG et de Manuel VALLS ? La situation devient encore plus grotesque si l’on tente d’y ajouter les mélanchonistes et les macronistes.

Pourtant, à Narbonne, dans l’exécutif de l’Agglomération, je retrouve régulièrement, ensemble, les mêmes politiciens qui, au gré des variations de l’opinion, s’engagent pour tel ou tel poulain.

Cette conception de la vie politique me semble dépassée et je suis lassé par avance de lire dans la presse les « coups de com » d’un Alain PEREA, auparavant premier soutien de Jacques BASCOU, se prétendre maintenant EN MARCHE ou d’une Marie-Hélène FABRE qui, toujours la rose au poing, attend patiemment le nom de celui qu’elle devra soutenir… C’est la règle, c’est le parti !

Toujours devant mes écrans, après cette brève réflexion, je me déconnecte de Facebook, je zappe et je pense à l’avenir de Narbonne, celui pour lequel nous travaillons. En toute sincérité.

Jean-Paul CESAR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php